Epargne Box

Epargne Box

Tout savoir sur les livrets d'épargne

chypre

Chypre va au devant de la faillite, mais va quand même bénéficier d’une aide européenne de 10 milliards d’euros. Mais la contrepartie que l’île se voit imposer est la taxation des dépôts bancaires. Une lourde contrepartie qui pose un doute sur la prise de décision du Parlement chypriote. Ce plan d’aide international peut sauver l’île de la faillite car l’Eurogroupe et le Fonds Monétaire International (FMI) ont donné leur accord pour un prêt de 10 milliards d’euros avec la condition que l’Etat chypriote débourse également la somme de 6 milliards d’euros.

Taxer les épargnants

888242515_B97243904Z.1_20130318223722_000_GT9KAFIB.2-0

Afin de réunir une telle somme, le président Nicos Anastasiades compte instaurer une taxe sur les dépôts bancaires. La taxe est estimée à 6,75% pour les comptes contenant 100.000 euros, et 9,9% au-delà. Si le Parlement donne son feu vert, les épargnants contribueront avec plus du tiers du coût du sauvetage de Chypre. Cette solution est très radicale mais elle est « la moins douloureuse » pour le pays, explique le président Nicos Anastasiades.

En raison de ses règles fiscales très avantageuses, d’importants capitaux étrangers sont placés dans les banques de Chypre. Parmi ces épargnants étrangers, nous pouvons citer la Russie, dont les avoirs élevés à plus de 20 milliards d’euros sont particulièrement touchés par cette taxation à hauteur de 10%. Face à la situation de crise traversée par Chypre, la Russie veut apporter sa contribution au plan de sauvetage de l’île. Dans cette optique, les placements russes seront grandement prélevés, mais les filiales locales des établissements financiers russes seront épargnées. L’Etat russe propose d’assouplir les conditions de son prêt en repoussant son échéance, actuellement jusqu’en 2016, tant qu’un accord définitif serait trouvé à Bruxelles.

Une alternative entre la Russie et Chypre

L’accord entre Chypre et la Russie écarte l’instauration d’une taxe exceptionnelle sur les comptes de l’île. Une décision avantageuse pour les russes, dont les avoirs à Chypre sont estimés à 31 milliards de dollars selon l’agence Moody’s. Il est vrai que soutirer de l’argent aux épargnants pour le compte de l’Etat est peu recommandable ; mais ce nouveau plan va causer de grands dommages aux entreprises russes présentes à Chypre. La crise que traverse l’Etat chypriote prend des proportions très graves que beaucoup d’épargnants étrangers y voient un signal retentissant qui appelle au rapatriement de leurs capitaux. De son côté, « la zone euro continue de soutenir l’idée que les petits déposants doivent être traités différemment des grands déposants, et elle réaffirme l’importance de garantir totalement les dépôts en deçà du seuil de 100.000 euros », indique l’Eurogroupe dans un communiqué.

Laisser un commentaire